ESSAIS AUTOMOBILES

Skoda Citigo : tour de passe-passe


Après la Volkswagen Up ! et alors que la Seat Mii est dans les starting-blocks, Skoda a enfin droit à sa petite citadine. Elle arrive à la mi-juin.
Les poupées russes, vous connaissez ? Pas tout à fait identiques car de plus en plus grandes, elles s’emboîtent les unes dans les autres et affichent un lien de famille flagrant. Lorsque le groupe Volkswagen adapte la règle du jeu à sa sauce, ça donne : une Volkswagen Up ! en tête de gondole, produit de marque par excellence, une Seat Mii au rayon promo moins bien équipée au bénéfice d’un prix d’appel plus accrocheur et, entre les deux, la Skoda Citigo, le produit sérieux aux nombreuses qualités mais qui ne se démarque pas franchement sur un point.
Sur le prestige du blason, notamment. Pour 3400 € supplémentaires (quelques centaines d’euros de plus au fil des niveaux de finition), on s’offre, en effet, la « même » voiture badgée Volkswagen au prestige inversement proportionnel à la taille de l’auto.
Disponible en 3 et 5 portes
À bord de la Skoda, il n’y a toutefois pas à douter de la qualité de la marchandise. Tout comme sa cousine, elle offre une habitabilité généreuse tant au niveau des genoux que de la tête même à l’arrière, pour un gabarit, identique à l’allemande, contenu à seulement 3,56 mètres, soit 13 centimètres de moins qu’une Twingo. Comme sa cousine, elle est déclinée en versions 3 et 5 portes pour 530 € de plus, offre que l’on ne retrouve pas côté Renault qui avance toutefois un plus grand coffre grâce à ses deux assises arrière qui coulissent et… qui restent introuvables chez les trois nouvelles petites citadines.
Un coup d’oeil à la planche de bord indique que le traitement de l’habitacle a droit au label d’origine contrôlée. Plastiques, noirs certes, mais sérieux sont utilisés partout. Et si la Citigo fait l’impasse sur quelques fioritures esthétiques extérieures, hormis un large éventail de couleur de carrosserie, elle soigne quelques aspects pratiques grâce à une fente devant le levier de vitesse permettant de fixer son téléphone portable ou encore des poches de rangement sur le flanc des sièges et des pinces permettant d’y maintenir un ticket de parking par exemple. Pour seulement 350 €, on relève également qu’elle propose un GPS tactile doublé d’un ordinateur de bord et d’un kit Bluetooth. Sans oublier le système anticollision qui permet à la Citigo de stopper automatiquement en dessous des 30 km/h.
ESP de série et système anticollision en option
Techniquement identique à la Up !, la Citigo affiche un comportement routier plutôt serein. Les suspensions sont typées souples. L’agilité est au rendez-vous, tout autant que l’ESP de série. Le trois-cylindres se fait oublier en vitesse stabilisée. La version 75 chevaux a consommé 5,5 litres sur routes nationales quand le « petit » de 60 chevaux (disponible à partir de 9.140 €) affichait 6,3 litres en ville. Leur point commun restant un creux désagréable en dessous des 2.000 tours.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 9.660 € (bonus éco. neutre).
Moteur : 3 cylindres 12 S essence de 999 cm3. Puissance : 75 ch à 5.500 tr/min. 108 gr CO2/km. Consommation (constructeur) : urbain 5,9 l, extra-urbain 4 l. Vitesse max. : 171 km/h. 0 à 100 km/h : 13,2 s. Boîte de vitesses manuelle à 5 rapports.
Pratique : Lxlxh (m) : 3,56x1,65x1,48. Coffre : 251 à 959 dm3. Poids : 929 kg.
Les + : Habitabilité, comportement routier, finition.
Les - : Tarifs assez proches de la Volkswagen Up !, moteur poussif en dessous des 2.000 tours.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire