ESSAIS AUTOMOBILES

Seat Leon ST : un bulletin scolaire proche des félicitations


La nouvelle Leon, que ce soit en berline ou en coupé, avait déjà redonné un second souffle à Seat l’an dernier. Le break se permet d’enfoncer le clou.
La saison des salons d’orientation bat son plein. De son côté, Seat, un temps moribond, semble bien avoir trouvé la sienne : bosser, assidûment, ses cours d’allemand.
Du coup, la nouvelle version break de cette berline compacte semble avoir tout (ou presque) d’une… Golf. Comme la dernière plateforme, sur laquelle repose également ses autres cousines germaines comme l’Audi A3 ou encore la Skoda Octavia Combi. En résumé, l’espagnole ne se refuse rien. Boîte auto DSG à double embrayage (1.700 €) et Stop and Start de série doublé du système de récupération d’énergie au freinage sont, ainsi, bien là. Les dernières motorisations signées Volkswagen (de 86 ch. en essence dès 19.335 € jusqu’à 184 ch. en diesel à 29.635 €) sont (re) là. Tout comme le train arrière multibras, à partir de 150 ch., (rere) là !
Un vrai break
Et comme l’élève n’a pas négligé dans son cursus l’option technologie, ce break peut arborer nombre d’assistances électroniques. On citera l’assistance active au maintient dans sa ligne de circulation plus les feux de route intelligents pour 300 € ou le régulateur de vitesse adaptatif doublé du freinage d’urgence automatique en ville à 480 €. Sans oublier le toit ouvrant panoramique (1.100 €), ni l’écran tactile de cinq pouces monté dès l’entrée de gamme ou les phares full LED de série dès le deuxième niveau de finition.
Pour autant, le bon niveau d’équipement dès le début de cette Leon ST montre qu’elle n’assimile pas tous les us et coutumes germaniques. À commencer par le style, toujours franchement dynamique avec ce regard perçant et de jolis plis de carrosserie. Surtout, l’addition, reste, elle aussi, toute espagnole. Soit, de l’ordre 2.000 à 4.000 € de moins que la concurrence française ou qu’une Golf. Même la séduisante Kia Cee’d SW, calée sur ce thème, a du mal à suivre.
Testée avec le TDI 105, capable de flirter avec les 5,5 litres se moyenne, et la douce boîte auto DSG, la Seat Leon ST n’a révélé aucun point noir. Même si l’on n’atteint pas la perfection allemande, la qualité de fabrication a franchi un cap. Même verdict concernant l’insonorisation de l’habitacle. Un faible roulis caractérise cette auto à l’amortissement ni trop ferme ni trop souple.
Et c’est un vrai break. À la malle généreuse, assez proche des contenances record annoncées par les futures Honda Civic SW ou Peugeot 308 SW. Au plancher de coffre facilement réglable sur deux hauteurs. À la banquette rabattable depuis le coffre en un geste afin d’offrir une aire de chargement 100 % plate. Dernière attention : le pack family, à 250 €, ajoute des rideaux pare-soleil sur les vitres latérales arrière et des tablettes au dos des sièges avant.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 26.330 € (bonus/malus éco. neutre).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 1.598 cm3. Puissance : 105 ch. 102 gr CO2/km. Consommation (constructeur) : urbain 4,6 l, extra-urbain 3,5 l. Vitesse max. : 190 km/h. 0 à 100 km/h : 10,7 s. Boîte de vitesses automatique à 7 rapports.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,54x1,82x1,45. Coffre : 587 à 1.470 dm3. Poids : 1.351 kg.
Les + : comportement routier, coffre pratique, prix, ligne.
Les - : qualité des plastiques peut encore progresser, boîte manuelle accrocheuse.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire