ESSAIS AUTOMOBILES

Seat Leon SC : une façon de s’ouvrir de nouvelles portes


C’est une première. La Seat Leon est déclinée dans une séduisante version coupé trois portes. L’occasion de s’affirmer encore un peu plus.
Pas facile de grandir dans l’ombre d’un grand frère ou d’une grande sœur au parcours brillant, à la réputation jamais écornée en plusieurs décennies. On a beau bien faire, tracer sa propre voie, on est immanquablement ramené à la comparaison avec son aîné. Chez Volkswagen, la Seat Leon symbolise parfaitement cette image. Car à la grande table familiale, c’est la Golf qui trône à la place de choix, c’est la Golf qui sert de valeur étalon.
Plus que jamais, et d’autant plus dans cette inédite et séduisante nouvelle version trois-portes, la berline compacte espagnole n’a pourtant plus du tout à baisser les yeux dans son assiette. Car la voilà directement dotée des mêmes atouts technologiques que sa glorieuse aînée, de la plateforme, commune également avec une certaine Audi A3, au large éventail de motorisations performantes. L’occasion de pointer, côté essence, le 1,4 litre TSI 105 chevaux (à partir de 18.500 €) et le 1,8 litre 180 chevaux (27.785 €) et, côté diesel, les TDI 105 (dès 20.800 €) et 150 chevaux (24.210 €).
Un coupé dynamique
Pour faire oublier son habitacle bien fini mais pas franchement chaleureux, pour émousser le côté assez ferme de son amortissement, la Leon SC ne manque pas d’atouts. Son prix - agressif - écrase la majorité de la concurrence de plusieurs milliers d’euros, de l’Opel Astra GTC à la Golf trois portes en passant par la Renault Mégane Coupé. Dans la classe des coupés, il n’y a guère que la Kia Pro Cee’d qui peut, finalement, soutenir la comparaison.
Raccourci de 3,5 centimètres et légèrement plus bas que la berline, doté d’un hayon beaucoup plus incliné et, surtout, gratifié d’une fine et nette nervure au niveau des hanches, le coupé Seat n’a pas oublié de soigner son capital séduction. Dans le même but, le système “Easy Entry” avec sièges avant à mémoire de position facilite l’accès aux places arrière assez généreuses en habitabilité sauf au niveau du tunnel central de servitude.
Quatre modes de conduite
Tout cela en conservant un volume de coffre identique à celui de la berline.
Testée, entre autres, avec le TSI 180 chevaux disposant du train arrière multibras spécifique, l’auto a pu démontrer toute son agilité. Bien accrochée au goudron, précise, elle peut suivre de près une Opel Astra GTC. Le bloc essence, très agréable par sa souplesse et sa vigueur, paraît capable de se maintenir à 9 litres de moyenne.
Si elle n’a pas droit à la suspension adaptative de la Golf, la Leon SC offre, de série sur la finition haut de gamme, le “Seat Drive Profil” avec quatre modes de conduite permettant de jouer sur la direction, la gestion de la climatisation, la réponse à l’accélérateur et… le bruit moteur - perceptible uniquement dans l’habitacle - grâce à un petit générateur de son implanté au bas du pare-brise. De quoi accentuer encore son côté dynamique.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 24.785 € (malus éco. 100 €).
Moteur : 4 cylindres 16 S essence de 1.798 cm3. Puissance : 180 ch. 139 gr CO2/km. Consommation (constructeur) : urbain 7,7 l, extra-urbain 4,9 l. Vitesse max. : 226 km/h. 0 à 100 km/h : 7,5 s. Boîte de vitesses manuelle à 6 rapports.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,23x1,81x1,46. Coffre : 380 dm3. Poids : 1.901 kg.
Les + : Prix, comportement routier dynamique, ligne, moteurs.
Les - : Amortissement assez ferme, habitacle un peu triste.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire