ESSAIS AUTOMOBILES

Renault Koleos : pour une famille (très) tranquille


Le SUV du Losange change de toilette, pas de philosophie. Comprenez par là qu’il reste toujours aussi peu charmeur mais soigne ses occupants tant qu’on ne le bouscule pas.
Reprendre à son compte la base du Samsung QM5 n’est certainement pas la meilleure inspiration que Renault a eue ces dernières années. Déjà que le timing de sortie de son Koleos apparaissait bien tardif en 2008, époque où les constructeurs avaient déjà lâché depuis longtemps leurs crossovers sur un marché très demandeur, le SUV du Losange traîne comme une âme en peine un physique qui n’a rien de gracieux, encore moins de sportif.
Le trait général reste d’inspiration asiatique
Même aujourd'hui, à l’heure du restylage, la génétique semble avoir des lois difficiles à inverser. La calandre a été agrandie et parée de chrome, les phares ont été affinés, mais le trait général reste d’inspiration asiatique et ne déclenche toujours pas l’hystérie. Difficile de frimer, par exemple, face à un Kia Sportage.
Ce sentiment de ne pas avoir affaire à une rock star se confirme rapidement au volant. Très haut perché, le conducteur profite d’abord d’une généreuse vision vers l’avant. De quoi anticiper les enfilades de virages, persifleront les plus incisifs. Car le Renault Koleos n’est ni un Mazda CX7, ni un Ford Kuga. Les routes tourmentées, il en fait rapidement une indigestion. Les passagers aussi d’ailleurs car le châssis est vraiment pataud et les mouvements de caisse – importants laissent penser à une initiation à la navigation en mer vu le roulis. Alors que la majorité des SUV calquent leur comportement sur celui d’une berline, le Koleo, lui, conserve sa typicité.
Des rejets de CO2 en légère baisse
Les amateurs d’un grand confort de roulement, même sur les chemins creux, n’y trouveront rien à redire, ceux privilégiant précision et un début de plaisir de conduite resteront sur leur faim.
Testé avec le 2 litres dCi poussé à 175 chevaux à 35.150 € malus écologique de 750 € compris (une version 150 chevaux constitue l’entrée de gamme à 28.400 €), doté d’une transmission intégrale électronique importée de chez Nissan, ce Koleos ne manque pourtant pas d’arguments sur le papier. D’autant qu’il est bien équipé dans cette unique finition haut de gamme qui comprend GPS, toit ouvrant panoramique de 0,75 m², carte d’entrée et de démarrage mains libres, contrôle de la vitesse en descente, etc. D’autant que les rejets de CO2 sont revus légèrement à la baisse à l’occasion de ce lifting.
Celui qui consomme tout de même 8 litres sur les grands axes a soigné ses aspects pratiques. Un peu à la façon d’un monospace, blocs, trappes et tiroir de rangement (70 litres en tout) ne manquent pas. L'habilité, le hayon à double ouverture ou le dossier de siège passager rabattable qui offre une longueur de chargement de 2,60 mètres sont appréciables. Une famille (très) tranquille, voilà la cible type du Renault Koleos.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 28.400 € (bonus-malus écologique neutre).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 1.995 cm. Puissance : 175 ch. 166 gr CO2/km. Consommation (constructeur) : urbain 5,7 l, extraurbain 7,5 litres. Vitesse max. : 191 km/h. 0 à 100 km/h : 9,9 s. BVM6.
Pratique : Poids : 1.655 kg. Lxlxh (m) : 4,52x1,86x1,70. Coffre : 450 à 1.380 dm3.
Les + : Confort de roulement, habitabilité, aspects pratiques pour toute la famille.
Les - : Style insipide, châssis pataud, pas de stop and start.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire