ESSAIS AUTOMOBILES

Renault Clio RS : quand l’adoucisseur passe en douceur


Attaquée de toute part par des citadines compactes vitaminées, la Clio RS se devait de remettre quelques pendules à l’heure.
Pour cela, la française change tout ou presque. Nouvelle ligne, nouveau moteur, un quatre-cylindres turbo 1,6 litre essence de 200 chevaux venant de Nissan, ou encore une nouvelle boîte auto à double embrayage. Et un caractère volontairement adouci, au bénéficie d’une polyvalence accrue. La boîte auto, par exemple, amène de la fluidité en vue d’un usage quotidien plus tranquille.
Pour le reste, cette Clio RS demeure, tout de même, plus virile que la récente Peugeot 208 GTI. Plus ferme, du coup elle vous secoue le haut du torse dès que le revêtement se dégrade, dotée d’échappement plus sonore, offrant un petit peu plus de tonicité dans les montées en régime, la Renault se révèle aussi incisive qu’équilibrée, bien servie par un train arrière très stable. Sa direction est franche et précise mais son train avant motrice moins efficacement que celui de la Peugeot.
Revers de la médaille à ces performances, il faut tabler sur une moyenne minimum proche des 9 litres.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 24.990 € (malus éco. 400 €).
Moteur : 4 cylindres 16 S turbo essence de 1.618 cm3. Puissance : 200 ch. CO2 : 144 g/km. Consommation (constatée) : urbaine 11 l, extra-urbaine 8,7 l. Vitesse max : 230 km/h. 0 à 100 km/h : 6,7 s. BVA6.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,06x1,73x1,43. Coffre : 300 à 1.146 dm3. Poids : 1.204 kg.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire