ESSAIS AUTOMOBILES

Peugeot RCZ R : un air de sportive ultra-efficace


Pas besoin de perdre du temps à chercher. Fort de ses 270 chevaux, le nouveau coupé RCZ R est, tout simplement, la Peugeot de série la plus puissante jamais produite.
Le passage par la case garage est toujours un moment douloureux. Mais pour 10.250 €, soit la différence entre un Peugeot RCZ 200 chevaux et le nouveau RCZ R boosté à 270 chevaux, on ne parle pas là de simple contrôle des niveaux et de changement des plaquettes de frein. Le “garagiste” en question portant l’enseigne Peugeot Sport, l’ambition est toute autre.
Les freins ? Améliorés ! Les amortisseurs ? Rigidifiés ! La hauteur de caisse ? Rabaissée de 10 millimètres ! L’adhérence ? Maximiser grâce à l’adoption d’un différentiel à glissement limité ! Tout cela avec 17 kilos de moins sur la balance. Et le moteur ? Gonflé, peaufiné, choyé, des bielles au turbo jusqu’au collecteur d’échappement. De quoi gagner 1,6 seconde pour passer de 0 à 100 km/h par rapport au même bloc turbo essence de 200 chevaux. Virilisé, aussi, comme en témoigne le son, nettement plus teinté de graves à la double sortie d’échappement sitôt le tour de clé donné.
Adhérence et précision
Impeccablement et confortablement calé dans des sièges sport mariant cuir et Alcantara spécifiques à cette version « R », il est temps de mesurer ce que ce lion a dans le ventre. Il a, surtout, une double personnalité. Doux, en dessous des 2.000 tours, le coupé quatre-places n’impose aucune brutalité. Tant en accélération qu’au niveau des amortisseurs très loin d’être trop durs. De quoi lui donner une agréable polyvalence en vue d’un usage quotidien.
Au-delà, c’est autre chose. Mais, là encore, pas de violence. Du fait, sûrement d’une très grande élasticité et d’une certaine linéarité (son seul petit point faible). Le quatre-cylindres (comptez entre 7,5 litres et 12 litres selon le rythme) pousse toutefois énergiquement et sans mollir jusqu’à 6.800 tours, soit jusqu’au rupteur.
Une vitalité jouissive autour des 4.500 tours qui permet de profiter à plein de l’excellente motricité offerte par le train avant. Dans la même veine, la direction apparaît comme un modèle de précision. Ajoutez à cela une belle agilité, bien aidée par un train arrière très stable, et vous obtenez un véhicule déconcertant de facilité en conduite sportive. Et qui a, en plus, le bon goût de ne pas chahuter ses occupants au moindre relief.
De quoi, assurément, faire de l’ombre, à des points de qualité de finition prêts, à une Audi TTS 272 chevaux (qui sera renouvelée cette année) mais qui fait payer ses anneaux presque 9.000 € plus cher.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 43.150 € (malus éco. 500 €).
Moteur : 4 cylindres 16 S turbo essence de 1.598 cm3. Puissance : 270 ch. 145 gr CO2/km. Consommation (constructeur) : urbain 8,4 l, extra-urbain 5,1 l. Vitesse max. : 250 km/h. 0 à 100 km/h : 5,9 s. Boîte de vitesses manuelle à 6 rapports.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,29x1,96x1,36. Coffre : 321 à 639 dm3. Poids : 1.280 kg.
Les + : comportement routier, performances, amortissement, look.
Les - : boîte de vitesses accrocheuse, places arrières, quelques points de finition.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire