ESSAIS AUTOMOBILES

Mitsubishi Outlander : son moteur vigoureux méritait mieux


Du bien et du moins bien, tel est le bilan de cette troisième génération du Mitsubishi Outlander.
Au chapitre des bonnes surprises, le bloc diesel arrive en première page. Vigoureux, il suffit amplement pour animer correctement ce déjà imposant SUV de 1.600 kg. Ainsi, lorsqu’il s’agit de doubler ou de relancer, il laisse facilement croire qu’il dispose davantage de puissance, lui qui est pourtant passé de 177 à 150 chevaux.
Son habitabilité (il peut proposer jusqu’à sept places), le traitement de son mobilier en progrès (même si l’ensemble reste assez fade) et son prix serré doublé d’un bel équipement (régulateur de vitesse adaptatif, système anticollision agissant en dessous de 30 km/h et alerte de franchissement de ligne font leur arrivée) sont également à pointer.
Après, le comportement plutôt pataud du japonais est une vraie déception. Contenant mal sa prise de roulis, l’Outlander ne peut clairement pas suivre ses concurrents allemands voire un Honda CR-V ou un Toyota Rav4. La boîte auto, qui coûte 1.550 €, ne brille pas, elle non plus, par un excès de réactivité.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 40.950 € (malus éco. 1.000 €).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 2.268 cm3. Puissance : 150 ch. CO2 : 153 g/km. Consommation (constatée) : urbaine 9,8 l, extra-urbaine 8,3 l. Vitesse max : 190 km/h. 0 à 100 km/h : 11,7 s. BVA6.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,66x1,80x1,68. Coffre : 477 à 913 dm3. Poids : 1.610 kg.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire