ESSAIS AUTOMOBILES

Mini Coupé : un jouet pour les grands enfants


Après le cabriolet, le break ou encore le crossover, Mini avance la version coupé de sa citadine chic. Osée et décalée sur le plan du style, elle privilégie le plaisir de conduite au détriment du confort.
Il va falloir couper les branches les plus basses, pousser le canapé du salon dans un coin, tasser les paquets des plus jeunes contre la cheminée et… ne pas mégoter sur le papier cadeau. Bref, d’une façon ou d’une autre, il va falloir faire de la place sous le sapin de Noël. Rarement, cette année, une nouvelle auto s’est autant apparentée à un jouet pour grands enfants. Bouille de chipie avec ce capot entaillé d’une belle entrée d’air, profil provocant avec cette casquette bi-ton inédite fortement inclinée vers l’arrière, intérieur toujours dépaysant, la Mini Coupé est un concentré d’originalités dans seulement 3,73 mètres de long.
Un kart près à tout avaler
S’installer à bord renforce cette impression. La console centrale typée aviation, l’énorme compteur central cher à la marque, les sièges enveloppants font oublier quelques points de finition moins soignés dans les parties basses du mobilier. Des détails que l’on oubliera bien vite. Sûrement à la première enfilades de virages venue.
Bien calé derrière son volant, tout un chacun aura l’agréable sentiment de disposer d’un kart près à dévorer n’importe quel chemin tourmenté. Dotée d’un train avant à la précision millimétrique, s’appuyant sur un train arrière accroché au goudron même lorsqu’on la malmène, insensible au roulis, la Mini Coupé est un modèle d’agilité. Pour le reste, on vous aura prévenu : elle s’adresse en priorité aux aficionados du genre, ceux privilégiant le plaisir de conduite plutôt que le confort au long cours. Car si la très bonne rigidité de son châssis, héritée de la Mini Cabriolet, n’est pas un problème, il faudra y aller mollo sur les nids de poule ou les dos d’âne. Une franche tape sur le bas des reins vous rappellera, de toute façon, rapidement à l’ordre. Avant de signer le chèque, il faudra bien intégrer que la Mini Coupé propose un amortissement très ferme
Pas donnée
Question moteur, le diesel de 143 chevaux ne manque pas de vivacité. Souple, il repart promptement. Dommage que sa sonorité sans noblesse gâche un peu la fête. Il reste toutefois sobre. En ville, un stop and start bien géré vient limiter la consommation. Quant à la visibilité arrière médiocre, les radars de recul, livrés de série, permettent de se garer plus sereinement.
Pour être raccord avec la philosophie de ce modèle, les motorisations sont clairement orientées plaisir. En essence (de 122 à 211 chevaux), la version milieu de gamme de 184 chevaux est proposée à partir de 26.050 € soit 1.000 € de moins que le seul diesel disponible. Oui, la Mini se mérite, encore plus dans cette version coupé. Oui, il faudra avoir été très sage toute l’année pour la mériter.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 27.050 € (bonus éco. neutre).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 1.995 cm3. Puissance : 143 ch à 4.000 tr/min. 114 g CO2/km. Consommation (constatée) : urbain 6,4 l, extra-urbain 5,6 litres. Vitesse max. : 216 km/h. 0 à 100 km/h : 7,9 s. Boîte de vitesses manuelle à 6 rapports.
Pratique : Poids : 1.175 kg. Lxlxh (m) : 3,73x1,68x1,38. Coffre : 280 dm3.
Les + : Comportement routier très dynamique, look atypique, diesel performant.
Les - : Fermeté de l’amortissement, moteur sonore, prix.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire