ESSAIS AUTOMOBILES

Mazda CX-5 : la très bonne pioche de l’année


On a beau le bousculer, gratter, fouiller, le Mazda CX-5… surprend.
Bien accroché au pavé, dynamique à souhait car finalement agile et peu porté sur le roulis malgré son gabarit conséquent et sa hauteur sur pattes généreuse, très bien équipé, le SUV japonais vous caresse dans le bon sens du poil. Finalement, c’est à l’arrêt que l’on décèle un mini-problème. Son Stop and Start de série tarde un peu à relancer la cavalerie. Pour le reste, quelques plastiques moins soignés dans les parties basses du mobilier et un noir ambiant un brin sévère sont à noter. À l’arrêt toujours, le CX-5 reprend toutefois la main à la pompe à essence. Avec une moyenne de 7 litres sur les grands axes réalisée sans faire attention à la question, il n’y a rien à redire. Car avec 175 chevaux sous le capot et une transmission intégrale permanente en sus, on parle ici du fleuron de la gamme. Doté des dernières technologies en la matière, le bloc diesel ne manque ni de souplesse ni de couple, bref se montre à la hauteur de cet ensemble accessible à un prix dans la très bonne moyenne.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 37.500 € (bonus/malus éco. neutre).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 2.191 cm3. Puissance : 175 ch. CO2 : 136 g/km. Consommation (constatée) : urbaine 7 l, extra-urbaine 8,1 l. Vitesse max : 207 km/h. 0 à 100 km/h : 8,8 s. BVM6.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,56x1,84x1,67. Coffre : 463 à 1.620 dm3. Poids : 1.605 kg.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire