ESSAIS AUTOMOBILES

Mazda 3 2.2 Skyactiv-D 150 : elle s’attaque aux références


Comment titiller une concurrence solidement établie sur le marché des compactes ? Mazda avance une réponse solidement argumentée.
Après le brillant CX-5 chez les SUV, la séduisante Mazda 6 chez les berlines, Mazda décoche une nouvelle flèche en ciblant, cette fois-ci, les compactes. Avec les Ford Focus, Peugeot 308 et Volkswagen Golf en point de mire.
À vivre. Long capot, hanches sculptées, la Mazda 3 envoie un message clair : elle n’est pas là pour passer inaperçue. Un sex-appeal que l’on ne retrouve pas à la découverte d’une planche de bord au design très (trop ?) sage alors que les matériaux employés apparaissent dans la bonne moyenne. Enfin, si son habilité apparaît excellente, voilà un point fort à nuancer, compte tenu de la taille « XXL » de cette Mazda 3, vingt centimètres plus longue que les Golf et 308.
À conduire. Légèreté (cette nouvelle génération a fondu de 89 kilos par rapport à l’ancienne génération) et agilité sont quelques-unes des orientations prises par Mazda. Et cela se ressent à son volant. Position de conduite soignée, direction justement assistée, roulis bien maîtrisée, boîte de vitesses manuelles agréable à manier (la boîte auto à 2.000 € ne manque également pas d’intérêt par sa douceur de fonctionnement) constituent l’ADN de cette japonaise. Sur la question du comportement routier, la voilà clairement tutoyant les références du segment. Une fermeté d’amortissement à faible vitesse lui coûte quelques décimales face à la très polyvalente 308 qui fait figure de référence.
Équipement au top
Sous le capot. Faute d’un panel de motorisations assez large pour l’instant, Mazda pose du lourd, dès l’entrée de gamme, sur la balance. Deux essence de 120 et 165 chevaux (de 22.600 à 28.300 €) et, surtout, un unique diesel de 150 chevaux (de 27.200 à 32.400 €). Ce dernier à l’essai s’est révélé à la hauteur de ses concurrents. Couple généreux et souplesse d’utilisation caractérisent ce bloc à la pointe de la technologie. Avec un mixte relevé à 6,6 litres sur des routes en partie montagneuses avalées sans grande retenue, ce turbo diesel brille également par un appétit contenu. Une sonorité un peu trop présente à l’accélération et un Stop and Start assez rugueux sont uniquement à déplorer.
Face à la concurrence. Ceux qui resteront bloqués sur le prix plutôt élevé de la Mazda 3 ne devront pas oublier de lire la liste des équipements - particulièrement longue - à disposition. Et cela dès l’entrée de gamme qui offre deux prises USB, Bluetooth, clim auto bizone, aide au freinage en ville, radars de recul, sièges avant chauffants, démarrage mains libres, GPS, etc. Une dotation qui devient clairement haut de gamme (avec l’affichage tête de haute dès le deuxième niveau de finition) par la suite.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 27.200€ (bonus/malus éco. neutre).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 2.191 cm3. Puissance : 150 ch. 107 gr CO2/km. Consommation (constructeur) : urbain 4,9 l, extra-urbain 3,2 l. Vitesse max. : 210 km/h. 0 à 100 km/h : 8,1 s. BVM6.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,31x1,78x1,43. Coffre : 363 à 1.264 dm3. Poids : 1.375 kg.
Les + : Plaisir de conduite, équipement, moteur, habitabilité.
Les - : Fermeté à basse vitesse, diesel sonore à l’accélération, tunnel central proéminent à l’arrière.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire