ESSAIS AUTOMOBILES

Kia Sportage : la plastique c’est fantastique


Son moteur laisse remonter quelques vibrations et sa boîte de vitesses à six rapports accroche : voilà les principaux griefs que l’on peut reprocher au Kia Sportage.
Et si l’on trouve plus moelleux du côté d’un Renault Koleos par exemple, le Coréen aux mouvements de caisse pas trop mal maîtrisés n’a pas à rougir face à un Nissan Qashqai ou un Ford Kuga question comportement routier, l’agilité peut-être en moins. Bien placée au niveau prix , la version diesel d’entrée de gamme de 115 chevaux permet d’économiser 1.400 € par rapport au 2 litres CRDi de 136 chevaux. De plus, uniquement disponible en deux roues motrices, elle a l’avantage de disposer d’un stop and start. Pas excessivement nerveux, le Sportage bénéficie toutefois d’un allant suffisant. Il grogne lors des relances appuyées mais reste agréable à conduire et s’avère suffisamment confortable lors des trajets au long cours. Dernier point non négligeable : ce SUV bien équipé attire les regards, fort d’une plastique irréprochable. À en oublier presque sa garantie constructeur de sept ans.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 24.990 € (bonus éco. neutre).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 1.685 cm3. Puissance : 115 ch. CO2 : 135 g/km. Consommation (constatée) : urbaine 6,5 l, extra-urbaine 7,8 l. Vitesse max : 173 km/h. 0 à 100 km/h : 12,3 s. BVM6.
Pratique : Poids (kg) : 1.415. Lxlxh (m) : 4,44x1,86x1,64. Coffre : 465 à 1.353 dm3.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire