ESSAIS AUTOMOBILES

Kia Pro Cee’d : un massage coréen qui fait du bien


Après la berline, après le break, la compacte dévoile sa déclinaison coupé trois-portes. Jolie et dynamique, elle vante pourtant le créneau de la conduite tranquille.
Une bonne séance de calinothérapie : c’est l’invitation lancée par la Kia Pro Cee’d, déclinaison trois portes de la berline. Car la belle coréenne sait y faire. Direction réglée sur “Confort” via le bouton placé sur le volant multifonctions, elle vous repose les mains en se conduisant d’un doigt, tout en légèreté. Elle n’oublie pas, non plus, votre dos en avançant des sièges enveloppant. Les réglages d’amortisseurs offrant la même orientation, les passagers sont dans le ouaté, le moelleux. Enfin, elle flatte favorablement votre ego. Le mobilier, emprunté à la berline, fait peut-être dans la sobriété mais respire d’un degré indéniable de qualité. Bref, on est vraiment bien, zen, à bord de ce modèle compact.
Au moment des manoeuvres, la voilà toutefois moins à l’aise sur les cervicales. Les étroites fenêtres arrière et les épais montants latéraux réduisent, en effet, au strict minimum la visibilité de trois-quarts arrière. Des contorsions toutefois évitables grâce aux quelques options à disposition via deux packs : l’un regroupant différentes aides électroniques dont l’aide active au stationnement (1.500 €), le deuxième, à 990 €, incluant GPS à écran tactile avec remise à jour gratuite pendant sept ans et, surtout, la caméra de recul. À lui seul, ce dernier élément vous détend les trapèzes, un regard sur la console centrale suffisant pour voir où l’on met les roues arrière.
C’est qu’il ne s’agirait pas d’égratigner ces belles hanches. Quatre centimètres plus basse que la berline, dotée d’une calandre spécifique, la Pro Cee’d parade avec sa poupe entièrement redessinée. Entre élégance et dynamisme, on a bien fait de ne pas choisir entre les deux pour cette auto fabriquée en Slovaquie.
Un diesel sans relief mais sobre
En attendant l’imminente version GT armée d’un moteur essence de 204 chevaux, la Pro Cee’d fait du bien-être son véritable credo. Et laisse, volontiers, sport et dynamisme de conduite à une Opel Astra GTC éminemment brillante sur ces questions-là. Il suffit de hausser le rythme pour le constater. Mode d’assistance de la direction calé sur “Sport”, commencer à la martyriser ne sert pas à grand-chose. Le volant devient, d’abord, exagérément dur. Le moteur diesel à l’essai (un essence 135 chevaux est également disponible à partir de 21.440 €), ensuite, révèle un manque flagrant de punch à bas régimes, obligeant à jouer du levier de vitesse sur cette boîte manuelle qui tire long. Enfin, la suspension souple n’aide pas à maîtriser le roulis et le train avant semble comme marquer un temps d’hésitation au moment d’inscrire l’auto sur la trajectoire.
Revenu à des rythmes plus tranquilles, on lui pardonne presque tout cela, sauf son moteur assez plat, notamment en comparaison d’un DCi 130 que l’on retrouve sur la Renault Mégane Coupé. Mais la séance de massages reprend vite le dessus. Après tout, n’est-on pas au volant d’une auto nettement moins chère de plusieurs milliers d’euros que des Mégane Coupé ou Astra GTC de même puissance. Le moteur reste discret. L’ordinateur de bord affiche une moyenne flirtant avec les 5 litres. Quand je vous dis que l’on est zen dans cette Kia Pro Cee’d…
Emmanuel Brun

Prix : À partir de 23.640 € (bonus/malus éco. neutre).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 1.582 cm3. Puissance : 128 ch. 114 gr CO2/km. Consommation (constructeur) : urbain 5,2 l, extraurbain 3,8 l. Vitesse max. : 197 km/h. 0 à 100 km/h : 10,9 s. BVM6.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,31x1,78x1,43. Coffre : 380 à 1.225 dm3. Poids : 1.375 kg.
Les + : Ligne, confort de roulement, garantie 7 ans, qualité de fabrication.
Les - : Diesel peu vigoureux et sans Stop and Start, comportement pas dynamique, visibilité arrière.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire