ESSAIS AUTOMOBILES

Kia Optima : style et équipement optimums


Avec panache, le constructeur coréen se repositionne sur le marché des berlines. Mais on imaginait cette Optima un peu plus épicurienne…
C'est prouvé : promener son chien facilite dialogues et rencontres. La nouvelle coréenne à quatre roues a visiblement le même effet. « C’est une allemande ? », « On dirait un faux coupé, pas vrai ? », « Une ligne pareille, ça doit coûter bonbon, non ? » Etc. À peine garée et l’Optima, qui arrive tout juste en France, déclenche tous types de questions. Elle provoque, en tous les cas, la même réaction de celui qui ne veut pas se laisser berner lorsque l’on précise son blason. « Non, pas possible, une Kia, ça ? » Oui, cette berline élancée et racée est bien une Kia.
Ceux qui se sont arrêtés à l’épisode Magentis en sont pour leurs frais. Ne s’étant pas aperçu de l’arrivée du Sportage parmi les acteurs principaux, ils ont, tout simplement, deux ou trois saisons de retard. Une coréenne ne se résume plus à un prix ciblé associé à une bonne dotation en équipements. Ni à une garantie exceptionnellement longue, en l’occurrence de sept ans (ou 150.000 kilomètres) comme toutes les Kia.
Le constructeur a également fait de la question du style une priorité. Et il n’y a rien à redire sur ce point. Franchement dynamique, l’Optima tranche dans un monde des familiales où conservatisme et rondeurs sont de mise.
À partir de 27.990 € avec l’aide au stationnement
Tellement belle et suggestive qu’on viendrait presque à le lui reprocher. Car celle qui promet à l’oeil une conduite enlevée s’avère, finalement, peu portée sur la chose. Avec son unique turbo diesel 136 chevaux, voilà une Optima adepte d’une conduite tranquille. Bref, Peugeot 508 et Renault Laguna peuvent dormir tranquilles. Question comportement routier, la nouvelle venue se montre honnête et sereine, sans plus. Son train avant reste un peu léger lorsque l’on hausse le ton en courbes tandis que son confort demeure, lui aussi, dans la moyenne.
Sous le capot, le 1,7 litre, pas débordant de punch, manque d’éducation à cause de l’excès de voix qu’il libère lors des relances. À son crédit, il faut pointer un appétit mesuré, même avec la boîte auto séquentielle qui coûte 1.500 € supplémentaires à l’achat plus un malus de 750 € alors que la boîte manuelle reste neutre écologiquement. Un bouton « éco » permet d’économiser deux ou trois décilitres mais les reprises deviennent alors mornes.
Même si l’on n’est pas dans une allemande ou dans une française, la Kia Optima accueille plutôt favorablement ses occupants. Un pas semble franchi par la marque question qualité des finitions et des matériaux. Proposée à partir de 27.990 €, elle ne mégote nullement sur l’équipement. Riche d’entrée de jeu (sièges avant électriques et ventilés, toit vitré panoramique, assistance active au stationnement de série), il devient très complet pour 4.000 € de plus au deuxième et dernier niveau de finition (sièges arrière chauffants, sellerie cuir, GPS tactile, caméra de recul, hifi haut de gamme, assistance active au maintien dans sa voie de circulation, etc.). De quoi offrir à cette Optima un très bon rapport prix/équipement.
Emmanuel Brun

Prix : À partir de 29.490 € (malus éco. de 750 €).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 1.685 cm3. Puissance : 136 ch à 4.000 tr/min. 158 gr CO2/km. Consommation (constatée) : urbain 8,7 l, extra-urbain 6,9 litres. Vitesse max. : 190 km/h. 0 à 100 km/h : 12 s. Boîte de vitesses automatique à 6 rapports.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,85x1,83x1,46. Coffre : 505 dm3. Poids : 1 659 kg.
Les + : Ligne racée, rapport prix/équipement.
Les - : Plaisir de conduite dans la moyenne sans plus, diesel bruyant.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire