ESSAIS AUTOMOBILES

Kia Cee’d SW : un break à coffre et à malices


Après la berline, en mai, et avant le coupé, courant 2013, la compacte coréenne est déclinée sous forme de break qui ne manque pas d’arguments.
La berline avait impressionné. La version break aujourd’hui avancée persiste et signe. La Kia Cee’d n’a plus à rougir face aux stars du segment que sont les Renault Mégane, Peugeot 308, Ford Focus voire Volkswagen Golf.
Berline ou break, le verdict est le même : la qualité de fabrication mérite d’arriver en tête de liste des points positifs. Planche de bord moderne joliment dessinée, plastiques moussés et bien assemblés offrent un habitacle agréable à vivre. Jusque sur la banquette, d’ailleurs, où l’espace aux jambes est suffisant. Quant à la hauteur sous plafond, Kia annonce presque 2 centimètres de mieux par rapport à l’ancienne génération, malgré une hauteur de caisse rabaissée de 4 centimètres afin que la greffe du sac à dos ne soit pas trop lourde à porter sur le plan du style.
Plutôt qu’un sac à dos, on peut désormais parler de véritable malle de voyage. Au petit jeu des centimètres cubes, la nouvelle Cee’d SW, avec ses 528 dm3 en configuration cinq places, devance désormais nettement la Focus (476 dm3) et fait jeu égal avec les 308 et Mégane (520 et 524 dm3). Une tendance quasi identique avec les sièges rabattus où seule la 308 reprend largement les devants (2.149 dm3 contre 1.642 dm3).
Un diesel 128 chevaux trop tendre
Et les perplexes auront beau avancer que les seuls chiffres ne sont pas la panacée face à une utilisation quotidienne privilégiant les aspects pratiques, la Cee’d SW a soigné sa réponse. De façon classique, tout d’abord, en proposant une banquette rabattable en 60/40 et un plancher de coffre 100 % plat. De manière plus narquoise, ensuite, en cachant plusieurs trappes de rangement sous son plancher de coffre. Sur un ton plus autoritaire, enfin, en ayant pris soin de disposer, glissières, barres et sangles télescopiques afin de caler objets et bagages durant le voyage. Et cela de série !
Au volant, le passage au break ne change pas la philosophie, plutôt tranquille, de cette auto. En comparaison, 308 et Focus restent plus portées sur le plaisir de conduite. Même avec le diesel le plus puissant de 128 chevaux, la coréenne manque nettement de tonus en dessous des 2.000 tours. Du coup, on se dit qu’il n’est probablement pas indispensable. Si le CRDi 90 chevaux (à partir de 20.990 €) est peut-être un peu juste pour ce véhicule à vocation familiale, celui de 110 chevaux doit pouvoir faire l’affaire contre 23.590 €. Proposer des blocs plus ronds et vigoureux, là réside probablement la prochaine étape pour le constructeur qui garantie toujours ses véhicules durant sept ans.
Car Kia n’est pas à la traîne non plus sur les dernières technologies où il n’y a guère que la Ford Focus « surdiplômée » qui fasse mieux. Cette Cee’d SW reçoit (en option) GPS tactile et caméra de recul contre 990 €, un toit vitré panoramique ouvrant, entre autres, dans un pack à 800 € ou encore des projecteurs au Xénon, un siège conducteur électrique, les radars de parking avant, l’alerte de franchissement de ligne et l’aide active au stationnement pour 2.800 €. Là encore, la Cee’d n’a plus à rougir.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 23.490 € (bonus/malus éco. neutre).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 1.582 cm3. Puissance : 128 ch. 117 gr CO2/km. Consommation (constructeur) : urbain 5,3 l, extraurbain 4 l. Vitesse max. : 193 km/h. 0 à 100 km/h : 11,2 s. BVM6.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,51x1,78x1,49. Coffre : 528 à 1.642 dm3. Poids : 1.420 kg.
Les + : Aménagement du coffre, présentation soignée, garantie 7 ans.
Les - : Diesel de 128 ch manque de tonus, diesel de 90 et 110 ch disponibles qu’en finition d’entrée de gamme.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire