ESSAIS AUTOMOBILES

Kia Carens : le temps de se faire une place au soleil


Très monospace à l’intérieur, davantage berline à l’extérieur, c’est la recette retenue par le constructeur coréen pour que son Carens sorte de l’ombre.
Kia proposetil un monospace compact dans l’éventail de sa gamme ? Ce n’est pas loin d’être la question à 10.000 € tellement le Carens de première génération a réalisé, depuis 2006, une discrète carrière. Mais l’arrivée de la nouvelle génération, le 22 avril, pourrait très rapid e m e n t f a i re so r t i r d e l’ombre le coréen.
Car chez Kia, depuis le milieu des années 2000, plusieurs pages ont été tournées. Celle du style, notamment. Au fil des nouvelles productions, le chapitre est même devenu une priorité. Aujourd’hui, le nouveau Carens ne fait plus tâche à côté d’un Sportage, par exemple. Ligne de toit fuyante vers l’arrière, face avant s’inspirant nettement de la récente Cee’d tout en étant moins effilée, surfaces vitrées et hauteur limitées caractérisent le véhicule qui fait tout pour tirer davantage vers la berline que le monospace cubique à papa.
Une modularité soignée
À l’intérieur, en revanche, pas de doutes possibles. Le Carens déploie toute la panoplie pour séduire la famille. Petites tablettes aviation accrochées aux dossiers des assises avant, trois sièges arrière individuels coulissants, inclinables et escamotables, trappes de rangement sous les pieds et quatre prises 12 volts sont bien à bord. Toujours de série, le siège avant droit, repliable en tablette, permet, à l’occasion, de charger des objets de 2,15 mètres de long. Pour 500 € supplémentaires, le Carens offre même un sixième et un septième siège qui s’escamotent du plancher en cas de besoin. Des places toutefois vraiment de dépannage à réserver à des enfants compte tenu d ’ u n e s p a c e p l u s q u e compté.
Il faut dire qu’on touche là au point faible du Kia : son coffre. De taille identique, un Peugeot 5008 prop o s e u n e c a p a c i t é d e chargement nettement supérieure. Même un Volkswagen Touran, pourtant bien plus court, avance une malle plus généreuse.
Sur la route, le Carens s’oriente davantage vers un tranquille Citroën C4 Picasso que les plus dynamiques Renault Scénic, Peugeot 5008 et Ford CMax. La prise de roulis est sensible mais le confort général satisfera de nombreux amateurs, comme l’assistance de direction variable disponible dès l’entrée de gamme. So u s l e c a p o t , à cô t é d ’ u n m o t e u r e s s e n c e 135 chevaux (à partir de 21.600 €), le turbo diesel de 115 chevaux s’avère un peu bruyant en charge et r e s t e c r e u x s o u s l e s 2.000 tours. Une moyenne autour des 6 litres est envisageable. Pour 600 € de plus à finition équivalente, l e m ê m e b l o c o f f r e 136 chevaux, plus de rondeur et davantage de discrétion.
Habitude maison, le Carens, bien équipé en plus, est moins cher que les c o n c u r re n t s p r é c i t é s. Comme toute la gamme Kia, il bénéficie d’une garantie constructeur cessible en cas de vente de sept ans et ajoute, sur la même période, une mise à jour annuelle gratuite de la cartographie de la navigation.
Emmanuel Brun

Prix : À partir de 23.800 € (bonus éco. neutre).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 1.685 cm3. Puissance : 115 ch. 124 gr CO2/km. Consommation (constructeur) : urbain 5,8 l, extraurbain 4,1 l. Vitesse max. : 181 km/h. 0 à 100 km/h : 13 s. BVM6.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,53x1,81x1,61. Coffre : 536 à 1.838 dm3. Poids : 1.557 kg.
Les + : Présentation et modularité, rapport prix équipement, design transfiguré.
Les - : Coffre moyen, comportement routier très tranquille, 6e et 7e place vraiment de dépannage.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire