ESSAIS AUTOMOBILES

Jaguar F-Type Coupé V8 R : une classe vraiment à part


Du son, des performances, du caractère, tout cela servi dans un emballage magnifique, voilà résumé le dernier cadeau livré par Jaguar.
«C’est de la haute couture », souffle cet inconditionnel de la marque, les premiers kilomètres à peine couverts. Mi-ébaubi, mi-KO, voilà l’état naturel moyen du conducteur lambda qui tente de s’acclimater à tant de magnificence.
Ce que Jaguar propose là n’est pas humain. Les lignes de cette F-Type Coupé, délicieusement racées, suffisent, à elles seules, à sérieusement entamer votre capital résistance. Quel que soit l’angle de vue - le trois-quarts arrière est peut-être le plus somptueux - le commentaire moyen est identique : « Il y a du Aston Martin dans ce design. »
Il y a aussi un fabuleux V8 qui glougloute, qui claque, dès sa mise en route, dans cette déclinaison R qui coiffe la gamme F-Type Coupé grâce à ses 550 chevaux à peine civilisés.
Double personnalité
Il faut les entendre piaffer, puis bien vite rugir dès que le régime moteur approche les 3.000 tours. Là encore, on ne peut que s’incliner. Alors que l’on est en train de fondre sous l’effet d’une telle musique, il faut, pourtant, se ressaisir. Pas forcément s’employer, tant que la route est sèche en tous les cas, car cette F-Type Coupé reste, de prime abord, un fauve accessible, polyvalent, presque docile. Mais la moindre pichenette plus prononcée sur l’accélérateur plaque ses deux passagers dans leur siège sport, le régime maximal déboulant très tôt.
Juste avant, on était surpris par le confort de suspensions assez bien préservé, globalement séduit par la qualité des matériaux utilisés dans l’habitacle même si un zeste d’exclusivité n’aurait rien gâché vu le tarif de l’auto.
Nous voilà, maintenant, scotchés par les performances de ce coupé grand tourisme. Après les 14-15 litres de moyenne relevés en utilisation “raisonnable”… il ne faut alors plus compter. Mode “Dynamique” enclenché, la Jaguar griffe à l’envi le goudron, avale les courbes avec précision. Avec une certaine agilité aussi, grâce, entre autres, au Torque Vectoring qui freine la roue intérieure au virage tout en accélérant celle qui est à l’extérieur.
La suspension est plus ferme. Le V8 encore plus réactif et puissant. Comme les décibels aux quatre sorties d’échappement. Enfin, la boîte auto enfile les rapports sans que l’on s’en aperçoive. Assurément, on touche là au gros caractère de la belle. Un fauve, propulsion oblige, moins à son aise sous la pluie où il n’a clairement pas le côté ultra-efficace d’une Audi RS5 à la transmission intégrale Quattro. Tans pis, les aides électroniques servent volontiers de parapluie pour tenter de garder cette Jaguar en ligne droite.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 104.800 € (malus éco. 8.000 €).
Moteur : V8 turbo essence de 5.000 cm3 . Puissance : 550 ch. 259 gr CO2/km. Consommation (constructeur) : urbain 15,9 l, extra-urbain 8,3 l. Vitesse max. : 300 km/h. 0à100 km/h : 4,2 sec. BVA8.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,47x1,88x1,32. Coffre : 272 à 324 dm3 . Poids : 1.650 kg.
Les + : sonorité et performances du V8, ligne, plaisir de conduite, confort préservé.
Les - : prix, équipement nécessitant de passer par de nombreuses options, poids.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire