ESSAIS AUTOMOBILES

Honda CR-V 1.6 i-DTEC 120 ch : qui peut le moins, peut le plus


Le SUV japonais élargit son éventail de motorisation. Si la puissance est revue à la baisse, tout comme le prix, le CR-V en profite pour changer de visage. Avis aux amateurs, ce nouveau bloc est très costaud bas dans les tours.
La couleur des voyants est à l’image de l’imposante toiture de cuivre qui se détache à l’horizon. Au loin, les flèches de la cathédrale de Chartres s’élancent. Le cap des 100 kilomètres est déjà franchi. Les nombreux nœuds de circulation autour de Marne-la-Vallée sont loin. Voies rapides et rares feux rouges auront émaillé ce parcours couvert tranquillement. Paisible, l’ordinateur de bord l’est également. 4,8 litres affiche-t-il.
1.500 kilomètres plus loin, après de nombreux passages en ville, plusieurs heures passées sur autoroutes et d’autres axes plus ou moins larges, la moyenne a « grimpé » à 5,8 litres. Un joli tour de force.
Car l’essai du jour ne concerne pas une citadine compacte. Plutôt un SUV familial en la personne du Honda CR-V, quatorze centimètres plus grand qu’un Volkswagen Tiguan et de même gabarit qu’un Mazda CX-5 ou un Toyota Rav 4.
Sous un jour nouveau
Pour arriver à ce résultat, le japonais a troqué son diesel 150 chevaux pour le 1,6 litre i-DTEC en aluminium affichant 120 chevaux. La meilleure façon de se délester de 116 kilos d’un coup et de 3.450 € à finition équivalente. Exit, également, la transmission intégrale, exclusivité de la motorisation la plus huppée.
Moins de puissance qui ne signifie pas forcément moins d’agrément. Car à sa façon de relancer sans peine, la barre des 1.000 tours à peine franchie, voilà un bloc qui s’impose parmi les plus agréables du marché à force de marier élasticité et sobriété. Très peu de vibrations, un Stop and Start de série et une sonorité un peu marquée uniquement lorsqu’on le sollicite franchement caractérisent également ce moteur jusqu’alors réservé à la Civic.
Du coup, on découvre ce crossover sous un jour nouveau. Assez emprunté jusqu’alors, le voilà plus agile, tout simplement plus plaisant. Il faut dire que nombre de bons points demeurent. Sa généreuse habitabilité en est un. Tout comme son ingénieuse modularité (on replie la banquette arrière d’une seule main en tirant simplement sur une lanière) et son bon niveau d’équipement.
Assez confortable, hormis à petite vitesse sur les reliefs, sa boîte manuelle accroche un peu mais, elle compense par son implantation légèrement surélevée et un débattement court agréable.
Au final, moins soumis à la prise de roulis, ce Honda CR-V gagne en dynamisme. S’il n’égale pas le CX-5, il prend ses distances sur le Rav 4.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 27.220 € (bonus/malus éco. neutre).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 1.597 cm3. Puissance : 120 ch. 119 gr CO2/km. Consommation (constructeur) : urbain 4,8 l, extra-urbain 4,3 l. Vitesse max. : 182 km/h. 0 à 100 km/h : 11,2 s. Boîte de vitesses manuelle à 6 rapports.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,57x1,82x1,69. Coffre : 589 à 1.669 dm3. Poids : 1.541 kg.
Les + : moteur brillant et sobre, habitabilité généreuse, plus dynamique.
Les - : insonorisation de l’habitacle, ferme à basse vitesse.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire