ESSAIS AUTOMOBILES

Honda Civic : une quadra en pleine force de l’âge


La compacte japonaise a bûché son confort, soigné son rapport prix/équipement/performances, conservé son habitabilité et sa modularité mais oublié de mieux insonoriser son diesel.
Remise en cause personnelle, doutes en tout genre, etc. : le virage de la quarantaine est, pour certains, peu évident à négocier. La Honda Civic, sur les routes depuis 1972 et qui déboule ce 1er février dans sa neuvième génération, trace sa route sans se poser ce genre de question.
Pour preuve, cette fraîche quadra ne ressent visiblement toujours pas le besoin de faire évoluer son apparence. Si le trait général marque une pose (ou l’oeil est davantage habitué…), cette nouvelle mouture conserve toutefois ses gènes d’ovni par rapport à la concurrence.
Une banquette « magique »
Et l'ambiance est la même au poste de pilotage, qui porte plutôt bien son nom vu le tableau de bord à double étage toujours aussi original mis à disposition. Plutôt que les plastiques noirs envahissants et pas d’une exceptionnelle facture, l’utilisateur louera certainement davantage la bonne habitabilité (qui ne souffre nullement d’un raccourcissement de l’empattement de 3 centimètres) et l’excellente modularité.
Là encore, la Civic reste unique en son genre avec des assises de banquette « magiques ». Ces dernières se replient à la verticale contre les dossiers, à l’image des strapontins d’une salle de cinéma. Plutôt pratique lorsqu’il s’agit de charger un arbuste au sortir de la jardiner ie. En plus, comme de coutume, la contenance du coffre (467 dm3) se place en référence et un généreux doublefond est utilisable en un clin d’oeil.
150 chevaux pour le prix de 110
Au niveau des sensations de conduite, cette compacte japonaise évolue entre une très dynamique Peugeot 308 et une sereine Volkswagen Golf. Le train arrière modifié apporte un surplus de confort. Et si le roulis est un peu plus perceptible qu’auparavant, elle reste toutefois plaisante à conduire. Les points négatifs restent, en effet, plutôt rares. La direction apparaît bien assistée selon le rythme de croisière. De même, la boîte de vitesses manuelle à six rapports a soigné son étagement.
Dans le détail, un gros travail a porté sur l’aérodynamisme et le bloc diesel afin d’abaisser la consommation. Sur le premier point, la Civic possède désormais une grille de calandre active dont les volets se ferment dès 40 km/h et de discrets déflecteurs sur les ailes arrière. Sur le second, le 2,2 litres iDTEC Honda gagne, entre autres, de nouveaux injecteurs, un stop and start de série et dix chevaux supplémentaires. Sur les grands axes, une moyenne de 6,57 litres semble envisageable. Souple et disponible, il est juste dommage qu’il grogne autant dans l’habitacle lors des relances.
Proposé à partir de 18.600 € en essence et 23.000 € en diesel, la Honda Civic présente une belle dotation. Armée de ses 150 chevaux, elle s’échange grosso modo au prix d’une version 110 chevaux chez la concurrence européenne. L’arrivée d’un diesel de 120 chevaux qui émettra 95 grammes de CO2 est annoncée dans le courant du quatrième trimestre. Enfin, une version sportive Type-R est également programmée.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 23.000 € (bonus éco. neutre).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 2.199 cm3. Puissance : 150 ch à 4 000 tr/min. 110 gr CO2/km. Consommation (constructeur) : urbain 5,2 l, extra-urbain 3,9 l. Vitesse max. : 217 km/h. 0 à 100 km/h : 8,8 s. Boîte de vitesses manuelle à 6 rapports.
Pratique : Poids : 1 367 kg. Lxlxh (m) : 4,30x1,77x1,44. Coffre : 467 à 1.368 dm3.
Les + : Mixte confort/dynamisme, prix concurrentiel, habitabilité et coffre.
Les - : Diesel bruyant dans les relances, look particulier.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire