ESSAIS AUTOMOBILES

Honda Civic Tourer : la japonaise sonne la charge


Plus de dix ans que le constructeur japonais n’avait plus de break compact au catalogue. Dès le 20 février, cet oubli sera corrigé de belle manière.
Quel est le point commun entre un yucca, un vélo, des valises, le lit pliant du petit dernier et la poussette de la plus grande ? La Honda Civic Tourer ! La japonaise compacte, déclinée aujourd’hui en version break, peut, en effet, contenir tout cela dans sa malle de voyage grâce à une modularité très travaillée.
Si elle oublie de proposer une poignée permettant de basculer le dossier de la banquette arrière depuis le coffre, elle offre tout de même une solide variété. Une malle record, tout d’abord, de 624 dm3, qui se permet le luxe de chiper la première place du break compact le plus généreux du marché à la réputée Skoda Octavia Combi (610 dm3) douze centimètres plus longue. La tchèque reprend toutefois la tête de la compétition concernant la capacité maximale de chargement (1.740 dm3 contre 1.668 pour la japonaise).
Suspension adaptative
Bien évidemment, cette Civic Tourer ajoute un plancher 100 % plat doublé, détail important, d’un seuil de chargement parmi les plus bas. Le réservoir d’essence ayant migré sous les sièges avant, elle ajoute, sous son plancher de coffre, une énorme cavité capable d’engloutir, à elle seule, deux belles valises. Enfin, seule cette Honda peut se targuer d’assises arrière inclinables verticalement afin de pouvoir loger quelque objet haut juste derrière les sièges avant.
Sous le capot, la Civic Tourer cache un autre bel atout : son bloc diesel de 120 chevaux. Inauguré voilà un an sur la Civic berline, transposé sur le bien plus imposant CR-V, il persiste et signe. Toujours aussi facile sur la relance, toujours aussi discret et peu vibrant, ce bloc est parfait. En plus, avec lui, osciller entre 5,5 et 6 litres de moyenne hors des villes n’est pas un problème.
L’arrivée de cette version break s’accompagne de toute une ribambelle d’aides électroniques à la conduite (feux de route actifs, freinage d’urgence en ville jusqu’à 32 km/h, reconnaissance des panneaux de signalisation, etc.). De même, Honda a sérieusement accentué (trop même en vue d’une conduite dynamique) l’assistance de la direction.
Plus réussie, en revanche, mais malheureusement disponible uniquement sur les deux plus hauts niveaux de finition, la suspension adaptative. Un bouton, en bas de la console centrale, permet d’assouplir ou de durcir de façon assez sensible l’amortissement du train arrière.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 23.940 € (bonus/malus éco. neutre).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 1.597 cm3. Puissance : 120 ch. 99 gr CO2/km. Consommation (construc-teur) : urbain 4,2 l, extra-urbain 3,6 l. Vitesse max. : 195 km/h. 0 à 100 km/h : 10,1 s. BVM6.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,54x1,77x1,48. Coffre : 624 à 1.668 dm3. Poids : 1.337 kg.
Les + : grand coffre, modularité d’ensemble, moteur diesel.
Les - : pas de siège passager avant pliable ni de poignée pour rabattre la banquette depuis le coffre, roue de secours en option à 250 €, pas de boîte auto.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire