ESSAIS AUTOMOBILES

Ford Kuga : il corrige ses excès de jeunesse


Lancé en 2008, le Ford Kuga est largement revu. Il gagne notamment en confort ce qu’il perd en dynamisme et propose, désormais, un vrai coffre.
Ceux qui aiment être installés haut et dominer la route seront aux anges. Ceux qui avaient du mal, au niveau des lombaires, à s’accommoder du côté joueur de l’ancien Kuga également. Car si le nouveau SUV compact de Ford est toujours haut sur pattes, il a, surtout, corrigé ses petits défauts de jeunesse. Moins fougueux, monsieur a franchement assoupli la pointe de ses amortisseurs afin de pouvoir également séduire les familles plus tranquilles.
Pour autant, pas de panique pour les aficionados de ce modèle qui repose sur la plateforme commune au C-Max et au B-Max. On ne s’ennuie pas ferme au volant du Kuga. Cette seconde génération rentre juste un peu dans le rang. Plus policé, plus éduqué, celui qui ne connaissait pas le roulis dans une vie antérieure reste encore assez précis, agile et sûr. Il garde même une nette marge d’avance sur le récent Toyota Rav 4, par exemple. Question plaisir de conduite, même les Nissan Qashqai et Volks-wagen Tiguan restent un ton en dessous.
Et c’est un point important car le Ford a refait son retard en ce qui concerne un de ses anciens points noirs : son coffre. Le voilà aujourd’hui disposant une malle de voyage (avec hauteur du plancher réglable en prime), à peu près, dans les standards de la concurrence. On notera, toutefois, que les huit centimètres pris en longueur (le Kuga est désormais plus long de 9 centimètres que le Tiguan) ont visiblement tous servis à gagner de la capacité de chargement car l’habitabilité semble, elle, stagner. Le Kuga cache toutefois une exclusivité. En option, le hayon peut s’ouvrir sans… les mains, simplement en agitant le pied sous le pare-chocs arrière.
Très bien placé au niveau prix
Proposé à un prix agressif - 24.990 € en essence 150 chevaux et 27.750 € en diesel 140 chevaux - bien inférieur à un Tiguan par exemple, le crossover ajoute, en options, une ribambelle d’aides à la conduite. Pour 1.050 €, le pack Sécurité rassemble, à lui seul, le freinage automatique d’urgence en ville, l’aide au maintien dans la file, la surveillance de l’angle mort et la reconnaissance des panneaux de circulation. Et pour 550 € supplémentaires, voilà qu’il réalise lui-même les créneaux.
Testé avec le turbo diesel de 140 chevaux, en version 4x4 et avec la boîte auto Powershift (à partir de 31.250 €), le Kuga a réalisé une moyenne, sans grand relief, de presque 8 litres. De même, ainsi équipé, les reprises n’ont rien eu de tonitruantes. Enfin, la boîte auto, qui coûte 1.500 €, s’est révélée assez lente dans ses choix. Encore un petit peu ferme à faible vitesse, il brille par une sonorité du moteur maîtrisée. La finition est le copier-coller des précédentes productions, à savoir un design de la console centrale un peu original et de nombreux plastiques vernis. Mais l’on retrouve aussi trop de boutons, une ergonomie des commandes perfectible et un petit écran pour le GPS ou la caméra de recul. En vue des longs parcours, un petit plus est à noter : l’inclinaison des dossiers de la banquette est désormais réglable.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 31.250 € (malus éco. 1.500 €).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 1.997 cm3. Puissance :140 ch. 162 gr CO2/km. Consommation (construc-teur) : urbain 7,4 l, extra-urbain 5,5 l. Vitesse max. : 187 km/h. 0 à 100 km/h : 11,2 s.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,52x1,84x1,74. Coffre : 456 à 1.653 dm3. Poids : 1.707 kg.
Les + : rapport prix/équipement, châssis reste efficace tout en préservant le confort de roulement.
Les - : ergonomie des commandes, moteur quelconque sur les reprises et les consommations.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire