ESSAIS AUTOMOBILES

Dacia Lodgy : une logique implacable


Une habitabilité généreuse pour sept personnes et un volume de chargement exceptionnel : ce monospace compact propose tout cela pour le prix du segment inférieur.
Comment dire ? Dans l’expression canon de beauté, le Dacia Lodgy a visiblement uniquement fait sienne la première moitié de la formule : pour la beauté, il faudra repasser. Le nouveau monospace compact a beau inaugurer une calandre donnant la nouvelle signature visuelle de la marque, l’ensemble apparaît assez lourd, massif et cubique… pour ne pas dire « camionesque ».
Mais comme « une Dacia doit dégager une image de robustesse, de simplicité et d’efficacité », déclame-t-on à l’envie chez le constructeur, l’acte de naissance apparaît finalement respecté à la lettre.
Sept places et du chargement à revendre
Et qu’importe, en effet, ce style sans fioritures, car pour en revenir à notre expression de départ, le Lodgy cache dans sa manche un argument vraiment canon pour le coup : un prix à broyer la concurrence. Il est en effet disponible à partir de 9.900 € avec un moteur essence de 85 chevaux et démarre à 13.900 € avec le 1.5 dCi 90 sous le capot et le deuxième niveau de finition sur les quatre proposés. En comparaison, le Chevrolet Orlando, parmi les moins chers des monospaces compacts, est inaccessible en dessous de 20.500 €. Un gouffre !
Et l’argument du sous-équipement ne tient guère que pour l’entrée de gamme où seuls la direction assistée, les quatre airbags, la banquette dotée de fixations pour sièges enfants, les lève-vitres manuels et la boîte à gants ouverte sont à bord. Pour 15/16.000 €, on s’offre un Lodgy diesel avec limiteur de vitesse, clim’manuelle, voire des inédits chez Dacia comme un GPS tactile et des radars de recul. Comme si cela ne suffisait pas, le Lodgy sort carrément l’artillerie lourde sur la question de l’habitabilité et du volume de chargement. Celui qui offre le meilleur espace habitable du segment est capable d’une rareté : accueillir vraiment convenablement jusqu’à sept adultes d’1,85 mètre grâce à une troisième rangée d’assises facturée 490 € en option.
Et question coffre, voilà un déménageur en puissance avec un volume de chargement qui oscille de 207 dm3 en sept places à 2.617 dm3, valeur comparable avec un Renault Espace seize centimètres plus longs. Finalement, seule la longueur de chargement maximale, qui stagne à 1,50 mètre du fait de la banquette qui se rabat verticalement contre les dossiers des sièges avant, est décevante. Au quotidien, on notera également que onze blocs différents offrent 30 litres de rangement immédiat.
En revanche, la position de conduite n’est pas très agréable (le volant ne se règle pas en profondeur) et les sièges n’offrent aucun maintien. Basé, comme l’ensemble de ses frères et soeurs, sur la plateforme de la Logan et bénéficiant des trains roulants du Renault Kangoo à l’arrière, le Lodgy s’en sort avec modestie pour ce qui touche aux sensations de conduite. Testé avec le dCi 110 chevaux avec la boîte manuelle à six rapports qui tirent (très) long, une moyenne de 6,2 litres aura été relevée lors de ce premier galop d’essai hors de la ville. Mais l’insonorisation est apparue plus convaincante que le confort de roulement.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 15.500 € (bonus éco. neutre).
Moteur : 4 cylindres 8 S TD de 1.461 cm3. Puissance : 110 ch. 116 gr CO2/km. Consommation (constructeur) : urbain 5,3 l, extra-urbain 4 litres. Vitesse max. : 175 km/h. 0 à 100 km/h : 11,6 s. BVM6.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,50x1,75x1,68. Coffre : 634 à 2.617 dm3. Poids : 1.262 kg.
Les + : Prix imbattable, volume de chargement, habitabilité généreuse pour sept personnes.
Les - : Look, présentation générale en deçà de la concurrence.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire