ESSAIS AUTOMOBILES

Dacia Duster : le pro du tarif préférentiel


Toujours aussi typé baroudeur, toujours aussi agressif sur le prix, le nouveau Duster change par petites mais judicieuses touches une recette qui, à coup sûr, reste gagnante.
Quoi de neuf Duster? Le SUV de Dacia, écoulé à plus de 450.000 exemplaires à travers le monde (130.000 en France) depuis 2010, se renouvelle. Tour d’horizon de ce qu’il faut retenir de ce restylage.
Prix. Impossible de ne pas commencer par… ce qui ne change pas. Toujours aussi agressif question budget, le Duster, au prix identique, reste IM-BAT-TABLE. Celui dont la gamme va de 11.900 € avec le 1,6 litre de 105 chevaux fonctionnant au GPL à 19.400 € avec transmission 4x4, finition haut de gamme et dCi 110 chevaux, continue d’assommer la concurrence. Pensez-vous, ce véhicule familial, à l’habitabilité généreuse, s’échange contre le prix d’une petite Clio. Pour ceux qui craquent uniquement sur les crossovers, obligation de remettre la main au portefeuille et de regarder vers la pointure inférieure pour espérer profiter de leur position de conduite surélevée. Un Nissan Juke, 18 centimètres plus court, démarre à 20.000 €. Même le Ford Éco Sport, qui se rapproche, au niveau gabarit, explose la barre des 20.000 €.
Look. Dacia a souhaité imprimer une montée en gamme à son best-seller. Elle se confirme, de suite, par la nouvelle calandre, chromée et plus graphique. Sans oublier les projecteurs à double projecteurs et les barres de toit en alu brossé (de série dès le deuxième niveau de finition). Les évolutions sont plus franches à l’intérieur où la planche de bord est complètement redessinée. L’ensemble manque toujours autant de charme mais paraît taillé pour durer. On trouve plus d’espaces de rangement et un écran tactile (malheureusement implanté trop bas sur la console centrale pour offrir une bonne lisibilité) qui accueille le GPS au prix - cadeau - de 250 €. On note également que les commandes de vitres électriques sont désormais intégrées aux portières.
Moins de bruit
Équipement. Sans trop en faire, le nouveau Dacia Duster se remet au goût du jour. Il compte aujourd’hui quatre airbags, au lieu de deux auparavant. L’antidérapage est de série. Et radars de recul et régulateur/limiteur de vitesse arrivent sur le haut de gamme. Côté motorisations, dCi 90 et 100 chevaux sont toujours au catalogue tandis que le quatre-cylindres turbo essence de 125 chevaux (à partir de 14.500 €) fait figure de petit nouveau.
À conduire. Les trains roulants n’évoluant pas, aucune surprise. Le Duster demeure typé confort, marqué par le roulis et globalement pataud du fait d’un train avant pas très affûté. La position de conduite, faute d’un réglage en profondeur du volant, reste perfectible. Si Dacia a bien fait des efforts sur l’insonorisation de l’habitacle, le constructeur n’a pas annihilé les remontées de vibrations que laisse échapper le diesel de 90 chevaux à l’essai. Enfin, rapports de boîte longs et mode “éco” enclenché ne favorisent vraiment pas les reprises.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 13.500 € (bonus/malus éco. neutre).
Moteur : 4 cylindres 8 S TD de 1.461 cm3. Puissance : 90 ch. 123 gr CO2/km. Conso (constructeur): urbain 5,2 l, extra-urbain 4,5 l. Vitesse max. : 156 km/h. 0 à 100 km/h : 14,2 s. BVM6.
Pratique : Lxlxh (m): 4,32x1,82x1,63. Coffre: 475 à 1.636 dm3. Poids : 1.205 kg.
Les + : tarif sans concurrence, insonorisation en progrès, habitabilité, confort de roulement.
Les - : écran tactile central placé trop bas, pataud, position de conduite.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire