ESSAIS AUTOMOBILES

Citroën DS5 : les Chevrons sabrent le champagne


Élégante à l’extérieur, extrêmement audacieuse à l’intérieur, la DS5 revigore le haut de gamme français avec une touche de luxe toute particulière.
Elle en met plein la vue ! Force est de reconnaître que Citroën fait fort avec ce troisième opus de la saga DS. Autant la récente DS4 n’apparaissait pas exceptionnellement osée sur le plan du style, autant la toute nouvelle DS5 réussit un mélange des genres plutôt séduisant. Berline ? Coupé ? Break ? On ne sait pas forcément au premier coup d’oeil.
Egalement en diesel Hybrid 4
Les amateurs de breaks de chasse seront sûrement sous le charme. Ligne basse, poupe élégante, robe joliment sculptée, élancée et parée de chromes, la Citroën DS5 tente même quelques excentricités. Les sabres (chromés ou mat) qui naissent finement audessus des phares avant de s’épaissir jusqu’aux montants de portières avant figurent, évidemment, en première place. A l'avant toujours, les ouïes profondes juste devant les roues donnent du nerf à cet ensemble.
Plutôt luxueuse mais ferme
Mais la surprise est peut-être plus grande à la découverte de l’habitacle. Citroën se targue de résumer là une certaine idée du luxe à la française. On veut bien le croire. S’inspirant de l’aéronautique, le design intérieur de la DS5 est à l’image de l’auto : élégant et très contemporain. Le travers des Chevrons concernant l’ergonomie des commandes pointe à nouveau son nez. Mais l’ensemble demeure impressionnant. La large console centrale, qui regroupe, par exemple, les lève-vitres, renvoie à l’inédit plafonnier encadré par le toit vitré. L’affichage tête haute, de série, est emprunté à la Peugeot 3008. La motorisation diesel Hybrid 4 également contre un chèque de 39.950 €.
Et les matériaux flatteurs se succèdent, à l’image des inserts imitant l’acier bouchonné. Ultime détail, une horloge à aiguilles surplombe le bouton de démarrage. Et nombreux s’offriront sûrement le beau cuir imitant le bracelet d’une montre à 1.800 €. À en oublier que cet espace uniquement un peu étriqué en hauteur à l’arrière n’est pas riche en rangements immédiats et que la boîte à gants reste étroite.
À son volant (très grand) à méplat, la Citroën DS5 continuera de surprendre. Mais peut-être pas de la meilleure façon les fidèles de la marque qui ne jurent que par le moelleux de suspension. Et, oui, les revêtements dégradés se ressentent. En contrepartie, la prise de roulis est très limitée. Optant davantage de coutume pour un comportement dynamique, Citroën aurait pu doter cette DS5 d’une direction plus franche. Sans surprise, la boîte automatique est un peu dans ses réactions même avec le mode sport enclenché. Le HDi 160 chevaux à l’essai (39.000 € en finition haute) ne démérite pas mais ne décoiffe pas non plus. Plus routier au long cours que sportif, il a l’avantage de rester le plus souvent discret.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 29.900 € en essence, 29.300 € en diesel.
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 1.997 cm3. Puissance : 163 ch à 3.750 tr/min. 158 gr CO2/km. Malus éco. de 750 €. Consommation (constructeur) : urbain 7,9 l, extra-urbain 5,1 litres. Vitesse max. : 212 km/h. 0 à 100 km/h : 10,1 s. BVA6.
Pratique : Poids : 1.540 kg. Lxlxh (m) : 4,53x1,87x1,58. Coffre : 453 à 1.288 dm3.
Les + : Comportement routier dynamique, look atypique, diesel performant.
Les - : Visibilité arrière, rayon de braquage, prix.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire