ESSAIS AUTOMOBILES

Chevrolet Trax : un SUV compact qui va faire du bruit...


Positionné, du fait de sa grande taille, entre le SUV strictement urbain et le véhicule familial, le Trax avance un prix canon. Mais il est torpillé par un diesel beaucoup trop bruyant.
Au fil des semaines, les marchés retrouvent des couleurs. À droite, asperges blanches et vertes sont tentantes, regroupées en fagots d’un kilo. Plus loin, les premiers melons donnent envie de déjeuner sur la terrasse. Pour les cerises ? Il faudra encore patienter. Sur les étals des constructeurs automobiles, la grosse légume du moment ne connaît pas les saisons. La tête de gondole reste, depuis plusieurs mois, le SUV urbain compact. En clair, un concurrent du Nissan Juke, aujourd’hui loin d’être seul à avancer sa recette à succès. Renault n’a-t-il pas dégainé son Captur et Peugeot ne s’apprête-t-il pas à venter son 2008 dès le 16 mai ?
Quelques mois après l’Opel Mokka, c’est aujourd’hui au tour de Chevrolet de venir tenter le client, devenu de plus en plus friand de ce genre de modèle. Et le Trax, cousin du Mokka avec lequel il partage plate-forme, motorisations et trains roulants, voudrait bien faire de l’ombre à ces jeunes pousses. Son imposante calandre verticale sauce américaine et sa carrure un brin bodybuildée promet, d’entrée, une belle dose de piquant.
Un prix serré
Pour combien le kilo ? Pas énormément ma bonne dame ! Avec un prix d’appel fixé à 17.990 € en essence 115 chevaux et 19.990 € en diesel 130 chevaux, voilà servie la meilleure offre du marché. Sur ce point, toute la concurrence, Mokka inclus, se retrouve bien plantée, lestée d’un surplus de l’ordre de 1.500 à 2.500 €.
Revers de la médaille à ce prix serré, l’intérieur de ce SUV, construit en Corée du sud, n’est pas exceptionnellement soigné. Pas tant par sa qualité des plastiques, finalement pas exceptionnellement moins valorisante que dans un Captur, par exemple, mais plutôt par ses assemblages pas franchement soignés. Mais le pire pointe vite le bout de son nez, sitôt les premiers kilomètres couverts. Testé avec l’unique diesel disponible, le Chevrolet grille rapidement de gros points. Car on ne s’entend plus à son bord. La faute à une insonorisation de l’habitacle visiblement bâclée. La faute, surtout, à un bloc moteur, malgré son Stop and Start de série, qui commence à dater et dont le ronflement permanent se situe entre la camionnette de livraison et… le véhicule agricole. Ceux qui auront les oreilles peu sensibles lui reconnaîtront un surplus de puissance, là où Captur et 2008 se contentent de 90 à 115 chevaux. Une moyenne de 6,5 litres hors des villes aura été relevée.
Sur la route, le Trax se révèle plutôt honnête, ne prenant pas trop de roulis malgré son gros gabarit pour la catégorie, son poids conséquent et sa hauteur sur pattes. Treize centimètres plus long qu’un Captur, le Chevrolet avance une bonne habilité. Mais même son équipement fourni - Bluetooth, prises USB et électrique sont de série quand caméra de recul et système MyLink à écran tactile permettant de télécharger le contenu d’un smartphone sont proposés dès le deuxième niveau de finition - arrivera-t-il à faire oublier l’excédent de bruit à bord ? C’est la question.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 19.990 € (bonus/malus éco. neutre).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 1.686 cm3. Puissance : 130 ch. 120 gr CO2/km. Consommation (constructeur) : urbain 5,4 l, extra-urbain 4 l. Vitesse max. : 186 km/h. 0 à 100 km/h : 9,6 s. Boîte de vitesses manuelle à 6 rapports.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,25x1,79x1,67. Coffre : 356 à 1.370 litres. Poids : 1.485 kg.
Les + : Prix, look, équipement, habitabilité.
Les - : Unique diesel beaucoup trop bruyant, finitions moyennes.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire