ESSAIS AUTOMOBILES

Chevrolet Cruze : une affaire dessinée en trompel’oeil


Rouler dans une berline pour le coût d’une compacte a donc un prix : celui de l’agrément de conduite. La nouvelle Cruze cinq portes affiche peut-être un prix d’appel canon – 16.200 € – elle se retrouve torpillée par un moteur essence de 124 chevaux qui manque cruellement de souffle.
Libérant déjà quelques à-coups en ville, il se montre vite anémique sur les grands axes, perdant de plus en plus de vigueur au fur et à mesure que l’on égrene les vitesses. Du coup, mieux vaut bien évaluer toute opération de dépassement. Et il ne faudra pas hésiter à cravacher cette Chevrolet, ce qui a pour effet de rapidement augmenter la consommation moyenne qui dépasse alors les 9 litres.
Dommage, car la Cruze ne s’avère pas trop mal finie et pas trop ferme avec ses occupants. A la hauteur question habitabilité, elle a également pour elle de ne pas être avare en équipement, notamment avec le deuxième niveau de finition affiché à 17.500 € proposant clim’auto, régulateur de vitesse et radars de recul. Dernier détail, le bloc essence plus vaillant de 141 chevaux est inaccessible en dessous de 19.400 €.

Prix : à partir de 16.200 € (malus éco. de 200 €).
Moteur : 4 cylindres 16 S de 1.598 cm3. Puissance : 124 ch. CO2 : 153 g/km. Consommation (constatée) : urbaine 10,2 l, extra-urbaine 8 l. Vitesse max. : 190 km/h. 0 à 100 km/h : 12 s. BVM6
Pratique : Poids (kg) : 1.305. Lxlxh (m) : 4,51x1,80x1,48. Coffre : 413 à 883 dm3.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire