ESSAIS AUTOMOBILES

Chevrolet Cruze SW : elle devrait profiter de la crise


Déclinée jusqu’alors en 4 et 5 portes, la compacte au nœud papillon doré s’attaque aux familles grâce à la greffe d’un sac à dos.
C’est un peu comme le salarié moyen dans une grande société. Pas brillantissime, mais sûr et efficace tout de même. Assez discret, donc pas forcément le plus connu au sein d’une équipe où la concurrence est rude. C’est un peu ça, la Chevrolet Cruze SW. Et même peut-être mieux car, à y regarder de plus près, elle excelle sur un point, pas négligeable au moment de boucler un budget achat : elle est imbattable au niveau prix.
Débuter à moins de 20.000 €, avec un turbo diesel de 131 chevaux en plus dans l’attaché-case, n’est, en effet, pas donné à tout le monde. Même à personne chez les berlines compactes. La nouvelle et convaincante Cee’d SW au bon rapport prix-équipement ? Battue. La dynamique Ford Focus SW aux mêmes premières lignes de CV ? Battue. Et toutes deux de l’ordre de 3.000 € avec, en plus, un « petit » 115 chevaux pour la seconde. Alors autant dire qu’en comparaison les 308 SW et Mégane Estate, affichée à 4 à 5.000 € supplémentaires, vendent très chèrement leurs qualités (comportement routier et énorme coffre pour la Peugeot, confort de roulement et très bon dCi 130 pour la seconde).
Du coup, il sera probablement plus facile de viser les finitions les plus hautes (22.900 et 23.900 €) au moment d’aborder cette Chevrolet, cousine de l’Opel Astra Sports Tourer. Ce sera l’occasion de profiter au quotidien, au milieu d’une bonne dotation, de l’agréable système multimédia “MyLink” via l’écran central tactile très simple d’utilisation. Les amateurs de technologie pourront écouter, en un tour de main, la musique stockée dans leur smartphone voire regarder photos et vidéos.
Un coffre assez proche des références
Mais que cela ne vous éloigne pas de l’essentiel. La Chevrolet est un vrai break avec un vrai coffre. Large, ce dernier suit d’assez près les références citées au-dessus. On peut toutefois lui opposer la taille nettement supérieure de l’auto, 17 centimètres de plus grande qu’une 308. Le plancher n’est également pas 100 % plat lorsque l’on rabat la banquette. Et, enfin, s’il offre de pratiques bacs de rangement amovibles derrière les appuie-tête arrière, il oublie de proposer des rails coulissants permettant de maintenir les objets dans la malle qu’une Kia arbore de série.
Sa grande taille permet à la Cruze SW d’offrir un bel espace aux places arrière. À l’avant, le traitement de la planche de bord occulte une part des plastiques bas du mobilier moins soignés.
A son volant, il faut compter sur un certain moelleux d’amortissement et un moteur, équipé d’un Stop and Start, déjà assez puissant et sobre (une moyenne inférieure à 6 litres est envisageable sur les grands axes). Quelques décibels de moins n’auraient rien gâché, un entrain supplémentaire dans les 1.500 tours non plus. Pour ce qui est du comportement routier, un roulis sensible ne permet pas de suivre le duo constitué de la 308 et de la Focus.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 19.800 € (bonus/malus éco. neutre).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 1.686 cm3. Puissance : 131 ch. 119 gr CO2/km. Consommation (constructeur) : urbain 5,4 l, extra-urbain 4 l. Vitesse max. : 200 km/h. 0 à 100 km/h : 10,4 s. BVM6.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,68x1,80x1,52. Coffre : 500 à 1.478 dm3. Poids : 1.475 kg.
Les + : Prix, équipement, habitabilité.
Les - : Moteur poussif en bas régime, comportement un peu pataud.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire