ESSAIS AUTOMOBILES

Audi RS5 Cabriolet : un satellite placé sur orbite


Une fusée à ciel ouvert, ainsi peut se résumer la dernière née de la gamme RS d’Audi.
Pour commencer, oui la capote souple assure une impeccable insonorisation de l’habitacle de cette RS5 Cabriolet mais quel bonheur de la replier rapidement. Car, sous le capot, le V8 atmosphérique abrite 450 chevaux, autant de pur-sang peu avares en borborygmes dignes des muscle cars américains. Et monsieur ne fait pas que du bruit, libérant de puissantes envolées dès que l’on touche à l’accélérateur.
Magie de la transmission intégrale Quattro, magie d’un train avant solide et d’un train arrière très directeur, l’Audi réussit à faire oublier ses près de 2 tonnes sur la balance, soit 200 kilos de plus que la RS5 Coupé du fait des renforts nécessaires pour compenser la suppression du toit.
Du coup, nous voilà dans une vraie voiture de grand tourisme, à la fois très performante, au confort préservé et à l’ambiance orientée luxe. Revers de la médaille, mieux vaut tabler sur une moyenne de 15-17 litres. Un épiphénomène lorsque l’on a déboursé plus de 100.000 €, malus écologique de 6.000 € inclus.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 97.900 € (malus éco. 6.000 €).
Moteur : V8 34S essence de 4.163 cm3. Puissance : 450 ch. CO2 : 249 g/km. Consommation (constructeur) : urbaine 14,6 l, extra-urbaine 8,5 l. Vitesse max : 250 km/h. 0 à 100 km/h : 4,9 s. BVA7.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,62x1,85x1,38. Coffre : 320 dm3. Poids : 1.955 kg.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire