ESSAIS AUTOMOBILES

Audi RS4 : sous un R de famille, la tempête couve


Rarement orientés plaisir de conduite les breaks ? Prenez les griffés RS, deux lettres synonymes de V8 rageur et puncheur et d’un châssis ultra-efficace.
Samedi 17 novembre, aéroport de Nice. Le Père Noël a plus d’un mois d’avance sur son calendrier chargé. Le briefing précédent la prise en main des autos, mené par le staff Audi, atteint à peine mes oreilles. Une calculette s’il vous plaît ! Seulement neuf pur-sang reluisent sous le soleil et l’addition apparaît pourtant diablement compliquée.
Les puissances affichées n’aident pas. 450 chevaux pour la RS5. 420 chevaux pour la S6, la S6 Avant et la S7 Sportback. 520 chevaux, enfin, pour la S8. Ces coupés, berlines, breaks et limousines abritent un seul point commun : leur moteur, un V8, atmosphérique ou turbo-compressé selon les modèles. Résultat : 4.100 chevaux sont à nos pieds. Prix total de ce convoi hors normes : près de 800.000 €, hors options bien sûr.
L’Audi RS4, aujourd’hui déclinée dans sa quatrième génération et uniquement en break, a la primeur de la nouveauté. Celle qui vient d’hériter du même bloc que la RS5 voit sa puissance augmenter de 30 chevaux pour culminer, désormais, à 450 chevaux. Esthétiquement, ce break de chasse joue avec bonheur la carte de l’ultra-sportivité en toute discrétion.
Des performances de vraie sportive
Des grosses jantes alu de 20 pouces, deux sorties d’échappement, certes, mais ce sont, avant tout, les lettres RS, appuyées sur un petit carré rouge et apposées sur la calandre et le hayon qui peuvent mettre la puce à l’oreille. Sur un malentendu, le modèle le plus puissant de la gamme A4 pourrait faire illusion d’un sage break à papa. Dans l’habitacle, impeccablement construit, il y a bien le volant à méplat, les sièges avant sport et les inserts carbone, mais on se dit, à ce stade encore, que maman ne crierait pas à la folie.
Las, sièges bébé accrochés, valises calées dans la malle, le malentendu ne survivra guère plus longtemps. Il faut bien lancer la cavalerie. Les premières notes de musique orientées nettement vers le grave, les premiers dépassements opérés dans une facilité désarmante mais, surtout, les tombées de rapports accompagnées d’une sonorité rageuse ne pourront plus rien pour vous.
Il faudra alors assumer. Tenter, en premier lieu, d’être au niveau des performances ahurissantes de cette auto familiale. Car la RS4 Avant pouce très fort, comme une sportive, à faire paraître la S7 Sportback bien douce en comparaison. Le “R” fait donc toute la différence. S’il peut se traduire par « radical », l’Audi n’est pas, pour autant, inconfortable ou inaccessible. Scotchée à la route, parfaitement aidée par sa transmission intégrale Quattro, elle surprend vraiment par sa facilité de conduite. Pourtant, plusieurs de ses conducteurs montreront leurs limites avant elle tellement l’allemande reste efficace, tellement son train arrière apparaît imperturbable. La boîte auto robotisée à double embrayage est à l’unisson, aussi douce que rapide.
Après, reste à assumer les 17 litres atteints lorsque l’on tente de vraiment utiliser cet obus et son prix, 85.900 € hors les nombreuses options. Une chose est sûre, il faudra avoir été très sage pour la trouver sous le sapin.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 85.900 € (malus éco. 3.600 €).
Moteur : 8 cylindres 32 S essence de 4.163 cm3. Puissance : 450 ch à 8.250 tr/min. 249 gr CO2/km. Consommation (constructeur) : urbain 14,6 l, extra-urbain 8,5 litres. Vitesse max. : 250 km/h. 0 à 100 km/h : 4,7 s. BVA S-Tronic à 7 rapports.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,72x1,85x1,42. Coffre : 490 à 1.430 dm3. Poids : 1.795 kg.
Les + : Performances hors normes, facilité de conduite, efficacité, sonorité du V8, plaisir de conduite.
Les - : Prix, équipement de série.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire