ESSAIS AUTOMOBILES

Audi A3 Cabriolet : une toile parfaitement exécutée


Audi décline une à une les carrosseries de sa compacte A3. Après les versions trois portes et Sportback, après la berline, voilà venu le cabriolet. Un modèle de polyvalence, à la fois élégant et très bien accroché à la route.
Entre biologistes, on appellerait sûrement cela l’âge de la maturité. Entre amateurs de belles carrosseries… aussi. L’Audi A3 Cabriolet cru 2014 gagne, en effet, une nouvelle stature avec son profil tri-corps emprunté à l’A3 Berline. Plus longue de 18 centimètres par rapport à l’ancienne version, un peu plus large et légèrement plus basse, sans trop se forcer, l’Audi, en concessions pas avant mars, prend des airs d’A5 en miniature.
Extérieurement, en tous les cas, car les deux places arrière restent étroites pour les grands gabarits. La croissance de l’allemande profite avant tout au coffre, plus généreux de presque 25 % (320 dm3 capote fermée, 280 dm3 en mode décapotable).
Un chauffe-nuque pour toute l’année
Nouvelle plate-forme - celle de l’A3 “classique” - et utilisation d’aluminium, du capot moteur jusqu’à certains éléments des trains roulant en passant par le cadre du pare-brise, figurent également sur le CV de l’Allemande. Elle fond, ainsi, d’une soixantaine de kilos par rapport à sa devancière. La compacité de la capote en toile (trois coloris sont proposés) participe également à cette cure d’amaigrissement. En vue d’une utilisation toute l’année, on recommandera une option à 300 € ajoutant une épaisseur de mousse supplémentaire à la toile afin que l’isolation phonique soit quasi parfaite avec la capote fermée.
Dix-huit secondes, tout en roulant jusqu’à 50 km/h, c’est le temps qu’il faut pour replier l’ensemble dans la malle. Afin de gagner quelques mois d’utilisation dans cette configuration, là encore l’option chauffe-nuque (une nouveauté à 540 €) au niveau des deux appuie-tête avant apparaît indispensable.
Quelques atours supplémentaires pour s’offrir, au final, une auto plaisante à souhait. Et comme celle-ci n’est pas qu’une potiche, opter pour le quatre-cylindres essence TFSI 180 chevaux apparaît comme l’enchaînement logique (l’A3 Cabriolet démarre à 31.620 € en essence 125 chevaux et à 34.180 € avec le TDI 150).
Silencieux, exempt de vibrations, à la fois doux et souple en sous-régime et costaud dans les tours, ce bloc, qui peut évoluer autour des 7,5/8 litres de moyenne, accumule les qualités. Il forme, en tous les cas, un excellent duo avec le châssis rigoureux de ce cabriolet tout juste un peu ferme en amortissement. Avec son solide train avant, voilà un cabriolet sachant varier les plaisirs.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 37.150 € (bonus/malus éco. neutre).
Moteur : 4 cylindres 16 S turbo essence de 1.798 cm3. Puissance : 180 ch. 133 gr CO2/km. Consommation (constructeur) : urbain 7,3 l, extra-urbain 4,8 l. Vitesse max. : 242 km/h. 0 à 100 km/h : 7,8 s. Boîte de vitesses automatique à 7 rapports.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,42x1,79x1,41. Coffre : 320 à 680 dm3. Poids : 1.430 kg.
Les + : agrément moteur, châssis rigoureux, plaisir de conduite, finition.
Les - : amortissement assez ferme, visibilité arrière avec la capote.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire