ESSAIS AUTOMOBILES

Alfa Romeo Giulietta : pour les amateurs de douceur et de souplesse


Des courbes séduisantes, un gros diesel de 170 ch épaulé d’un Stop and Start et, désormais, une boîte automatique à double embrayage : la belle Giulietta met tous les atouts de son côté pour chasser les premium allemands.
Quitte à les toucher, il reste toutefois un pas. Offrant un meilleur rapport prix/équipement que le trio A3, Série 1 et Classe A, l’Alfa Romeo pêche d’emblée par son ergonomie un peu fantaisiste et ses plastiques moyennement soignés.
La douceur de sa transmission la remet dans la course, tout comme ses consommations maîtrisées. Le fait de disposer d’un mode séquentiel (il y a même des palettes au volant) est un autre bon point qui permet de reprendre la main sur les changements de rapports lorsque l’on veut brusquer cette berline compacte capable d’accélérations nettement plus franches et vigoureuses sitôt que l’on a opté pour le mode dynamique.
Mais c’est sur ces rythmes-là qu’elle souffre face à la concurrence, la faute à une direction et un train avant légers. Typée souple, son confort d’amortissement reste, en revanche, un de ses points forts.
Emmanuel Brun

Prix : à partir de 31.550 € (bonus/malus éco. neutre).
Moteur : 4 cylindres 16 S TD de 1.956 cm3. Puissance : 170 ch. CO2 : 119 g/km. Consommation (constatée) : urbaine 7,6 l, extra-urbaine 6,8 l. Vitesse max : 218 km/h. 0 à 100 km/h : 7,9 s. BVA6 à double embrayage.
Pratique : Lxlxh (m) : 4,35x1,80x1,47. Coffre : 350 dm3. Poids : 1.335 kg.
Mon compte
Mot de passe oublié Vous inscrire